13.7.05

La moustache, d'Emmanuel Carrère


J'avais beaucoup aimé le livre lorsqu'il était sorti... Mes amis le trouvaient dingue, trop farfelu. C'est peut-être ce qui me plaisait. Non, en fait, ce que j'avais aimé, ce que j'aime toujours, c'est une histoire qui part d'un argument ténu, banal, ici la décision de Marc de raser sa moustache, pour déboucher sur une réflexion universelle. Ici un abîme. Où est la frontière de la folie ? Jusqu'où le couple est-il solide ? Est-ce que c'est lui qui nous tient à la surface de l'eau ou au contraire nous entraîne à la dérive ? Qu'est-ce qui est vrai ? Ce que je fais ? ce que je vois ? ce que je pense ? ce que je sens ? Nous voilà entortillés dans la pensée du personnage, magistralement interprété par Vincent Lindon, désespérés et perdus comme lui... Le tout sur l'obsédante et splendide musique de Philip Glass, qui ajoute à la dramaturgie : un choix formidable, comme celui des acteurs...

Forcément, les avis sur ce film sont partagés : tout le monde ne supporte pas l'inconfort d'une telle réflexion, la résonnance, de sensible à glauque, qu'elle éveille au fond de nous, la panique même qu'elle peut susciter. Cependant, sur Allo Ciné, les critiques de presse comme des spectateurs sont plutôt positives. Ecran Large est un peu plus mitigé, et s'est perdu dans la seconde partie du film. L'Humanité a plutôt aimé, et nous propose une interview d'Emmanuel Carrère, auteur du livre et réalisateur du film. Pour visionner quelques images au son de la belle musique de Glass, on peut aussi visiter le site du film.
Quant à moi, je crois que je vais relire le bouquin...

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens vers cet article:

Créer un lien